CE QUE LA SUÈDE PEUT ENSEIGNER AU QUÉBEC

 

Le président du Conseil Québécois du Commerce de Détail (CQCD), monsieur Gaston Lafleur, partait récemment en mission en Suède avec une délégation québécoise d’une quinzaine de personne intéressées à découvrir les innovations de ce pays en matière de vente au détail. Les idées rapportées sont nombreuses, mais peuvent-elles s’avérer tout aussi efficaces dans un contexte québécois? Pour n’en nommer que quelques-unes, voici les idées qui ont retenu notre attention :
#1 Un meilleur marchandisage pour offrir une meilleure visibilité aux produits 

En Suède, la plupart des épiceries, des pharmacies et des quincailleries disposent leurs marchandises sur de petits îlots, un peu partout en magasin. Le concept d’îlot incite le consommateur à se promener de manière non-linéaire à travers le magasin et offre ainsi une meilleure visibilité aux produits. Conséquemment, le nombre de ventes augmente d’une manière considérable, surtout lorsque la marchandise est disposée efficacement sur des présentoirs attrayants.

 

#2  En quincaillerie, des moyens astucieux pour faciliter la vie des clients

Nul besoin de réaliser de recherche auprès des consommateurs pour se rendre compte qu’il n’est pas toujours évident de se faire des points de repère, de trouver ce que l’on est venu chercher ou de simplement obtenir quelques renseignements auprès d’un employé. C’est d’ailleurs dans le but de résoudre ces problèmes que Clas Ohlson, le plus grand quincaillier du pays, a développé le concept de borne intelligente. Ces bornes munies d’écrans tactiles donnent accès à un catalogue et fournissent le code et l’emplacement de tous les produits en magasin. Dans cette même optique, il est possible d’apercevoir des chiffres blancs un peu partout en magasin, apposés en ordre chronologique, afin de faciliter le repérage des articles. Avouons quand-même que c’est bien pensé.

 

#3 Des articles vendus en vrac dans les épiceries

Alors que les Suédois ont d’abord commencé à disposer les jujubes dans des présentoirs en vrac, ils ont très vite constaté que cette façon de faire pouvait s’appliquer à bien d’autres domaines que la distribution des jujubes. À cet effet, peu de temps après avoir constaté les bénéfices de la vente en vrac, des aliments tels que des petits pains, de l’ail, des échalotes ainsi que des pommes de terre se vendaient également dans des présentoirs similaires, originaux, efficaces et propres. Vive le vrac!

 

#4 Essayages facilités dans plusieurs magasins de chaussures

Cette idée consiste à aligner plusieurs paires de chaussures identiques, dans des tailles différentes sur des présentoirs, de manière à ce que les clients puissent se servir d’une autonome et permet également au magasin de réduire le nombre de son personnel sur le plancher.

 

#5  L’importance de l’emballage

Pour les Suédois, l’emballage est très important. C’est un travail de finition qui fait toute la différence et qui permet à des détaillants tels qu’Akademibo, Khandeln et NK de se distinguer de la compétition.  C’est donc dans ce but bien précis que ces détaillants proposent des stations d’emballage avec du papier coloré, ciseaux et ruban adhésifs, concept que les clients semblent apprécier.

Voici ce qui complète la liste des idées innovatrices issues de la mission en Suède de la CQCD ayant capté l’attention de RDTS. Bien que nous en ayons retenu que quelques-unes, il n’en reste pas moins que le rapport de la CQCD déborde d’idées novatrices qui peuvent sans aucun doute être profitables pour le Québec. La question demeure tout de même : ces idées peuvent-elles être tout aussi efficaces dans un contexte québécois?  Si la Suède a pu donner naissance aux géants IKEA et H&M, concepts qui fonctionnent très bien ici, les probabilités sont bonnes, non?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

126 074 Spam Comments Blocked so far by Spam Free Wordpress

HTML tags are not allowed.